Après les mobilisations du secteur culturel et des agents du ministère, le Ministre s’en mêle… enfin !

L’intersyndicale Culture CGT-FSU-SUD-UNSA a été reçue hier matin pendant plus d’1h30 par le Ministre accompagné de la directrice de cabinet et de la secrétaire générale du ministère. Cette réunion nous a été présentée comme un engagement pris le 20 décembre dernier, mais nous savons que les mobilisations de ces dernières semaines y sont fortement pour quelque chose.

Retraites

Nous n’avons pas manqué de souligner, une fois encore, que le projet de réforme du gouvernement entraînerait à terme une baisse considérable des pensions de retraite des agents fonctionnaires et contractuels et accentuerait gravement le mouvement de paupérisation et de précarisation de notre société. Nous avons évidemment rappelé la détermination des agents, salariés et professionnels de la culture à poursuivre la lutte pour obtenir le retrait de ce projet de régression sociale.

Le Ministre a indiqué défendre au gouvernement les spécificités métiers des intermittents, des artistes-auteurs, des danseurs et musiciens de l’Opéra, des comédiens de la Comédie Française et des journalistes. Mais il n’a pas réagi à nos propos sur les risques de grande paupérisation des personnels du ministère qui pourraient rentrer dans le nouveau régime de retraite à points. Nous avons insisté sur la nécessaire prise en compte de la pénibilité de bon nombre de métiers au ministère (travail de nuit, archéologie, artisans d’art, jardiniers, travail posté et accueil et surveillance, etc.).

Rupture de paiement de personnels précaires

Nous avons ensuite abordé la question du non paiement des salaires de 37 contractuels au musée Guimet et de 165 enseignants des écoles d’architecture. L’intersyndicale a obtenu l’engagement du Ministre de payer immédiatement tous les salaires en retard aux personnels concernés, et d’envoyer fiches de paie et attestations pour Pôle emploi, le tout d’ici le 31 janvier. Il a par ailleurs annoncé que le futur administrateur du musée Guimet arriverait le 5 février.

L’exemple du musée Guimet est révélateur de la situation très détériorée de nombre de nos établissements publics à Paris comme en régions. Après des années de restrictions budgétaires et de coupes claires dans les effectifs, systématiquement dénoncées par nos organisations syndicales, les personnels font à présent les frais au quotidien de dysfonctionnements aussi graves qu’inacceptables. Nous sommes ainsi confrontés à une urgence sociale dont le Ministre doit prendre toute la mesure.

Plan de Transformation Ministériel (PTM)

L’intersyndicale a rappelé son opposition à des restructurations qui affaiblissent le ministère et a témoigné de l’inquiétude et de la colère de agents de voir leurs missions et certains services disparaître des arrêtés et des organigrammes qui circulent. Nous avons souligné que la plupart des pilotes ne respectent absolument pas la méthode de dialogue social préconisées par le Ministre lui-même depuis juin dernier (organisation d’entretiens individuels avant les entretiens collectifs, diffusion d’organigrammes, injonction aux agents de faire un choix, etc.).

En outre, nous avons déploré l’absence du cabinet du Ministre lors des réunions mensuelles PTM