ACTION SYNDICALE AOUT 2011

Comique de répétition, Edito

La prescription prise pour cible, page 2

Lutter contre la mise en concurrence des services publics, page 2

Attaque par la face nord : l’assistance à maîtrise d’ouvrage, page 2

Maîtrise d’ouvrage de l’Etat, répond la CGT, page 2

Contrat de performance : la dînette des techno-gestionnaires, page 3

Conseil d’administration du 28 avril, page 3

Conseil d’administration du 12 juillet, page 3

Requalification : comment se fait le changement de catégorie ? page 4


Comique de répétition

Imbéciles que nous sommes ! Comment avons nous fait pour prendre pour argent comptant les propos tenus par notre ministre dans le nouvel observateur (cf Action Syndicale de juillet 2011 : l’archéologie préventive qui vient chercher trois os de poulet mérovingien qu’elle ne trouve pas). Le nombre d’incultes incapables d’appréhender la finesse de l’humour ministériel fût tel que Frédéric Mitterrand, interrogé sur France Inter le 6 juillet, dut expliquer que c’était juste pour rire qu’il avait dit ça et qu’il ne pensait pas un mot de ce qu’il avait insinué.

De la « private joke »…

Voilà probablement un moment que notre ministre a pris la mesure de notre imperméabilité à l’humour et, au delà, de notre incapacité totale à toute forme de compréhension des choses.
Ainsi, lorsqu’il est interrogé par la commission des finances du sénat sur le fonctionnement de l’archéologie préventive, il se plaint du fait que « l’INRAP étant fortement syndicalisé, il faut sur-expliquer chaque mouvement pour le faire accepter par toute l’institution… ». C’est ça le problème des personnels de l’Inrap, tellement ils sont syndicalisés, c’est rien que des sous-imbéciles à qui il faut tout sur-expliquer.

… A la joke pour le privé

Mais peut-être sommes-nous à nouveau face à une boutade de notre ministre. Si c’est le cas, il n’est pas évident que la franche rigolade ministérielle soit le meilleur rempart contre les dangers qui menacent l’archéologie préventive aujourd’hui. Le rapport Doligé suggère que l’archéologie préventive puisse aller plus vite et coûter moins cher. Les parlementaires se penchent sur la question du financement, les structures privées aiguisent leurs appétits et salivent à l’idée d’un festin sur le cadavre de tout ou partie de l’INRAP. L’idée d’arrêter le massacre de la loi de 2003, de revenir à une maîtrise d’ouvrage publique pour les fouilles archéologiques est certainement trop sérieuse pour être proposée par un ministre habitué à l’hilarité de la RGPP

Déjà en 2004, le ministre de la fonction publique d’alors- Renaud Dutreil- se marrait devant ses amis libéraux de la fondation Concorde dans une sauterie intitulée : “Comment insuffler le changement »

Le problème que nous avons en France, c’est que les gens sont contents des services publics. L’hôpital fonctionne bien, l’école fonctionne bien, la police fonctionne bien. Alors il faut tenir un discours, expliquer que nous sommes à deux doigts d’une crise majeure – c’est ce que fait très bien Michel Camdessus [Directeur du FMI]-, mais sans paniquer les gens, car à ce moment-là, ils se recroquevillent comme des tortues.

Sans commentaires…

Fichier(s) joint(s)