chèr(e)s Collègues,

L’heure est grave et l’administration du MCC, la DGP, le service des musées, n’ont toujours pas compris qu’à force de jouer avec le feu, ils finiront par couler le C2RMF.

Hier, dans une réunion de service, la confirmation a été donnée que Monsieur Pomarède a rédigé un sixième rapport sur le CNCP, qui sera transmis par Monsieur Loyrette au Ministre. Selon les informations
communiquées à cette réunion, ce rapport très orienté Louvre, débat sur l’avenir des différents services dans le futur CNCP, tout en évitant de trancher sur la localisation future d’AGLAE. Toutefois, il semble faire
l’impasse totale sur la recherche, réduisant le travail des scientifiques à de simples études.

Nous avons appris aussi, que le CNRS avait fait des propositions sur l’avenir. En mai 2009, le CNRS envoie à la Culture un document sur la recherche en lien avec le déménagement potentiel, aucune réponse.
En décembre 2009, la présidente du CNRS rencontre F. Mitterrand et lui remet un document contenant des propositions sur la recherche dans le contexte de la création d’un nouveau centre de réserves et qui
préserverait les acquis du C2RMF UMR 171, aucune réponse de notre ministère.

Les responsables politiques de notre ministère ne semblent pas se rendre compte que le C2RMF et son unité de recherche mixte UMR171 sont devenus un pôle d’excellence au niveau européen qui a su lié la
recherche au patrimoine. Voilà, le véritable bilan depuis la fusion.

Les agents du MCC et ceux des autres organismes (CNRS, CEA, universités) qui travaillent au C2RMF ont appris à faire les liens nécessaires entre la restauration, la conservation et la recherche. Certains
sont plus particulièrement concernés par la méthode, le développement de l’outil scientifique, d’autres par la matière, certains encore par les oeuvres d’art etc. Cela n’a rien d’étonnant. Ce sont justement ces spécialités et
leurs synergies qui fondent l’identité du Centre.

Aux dernières nouvelles, le C2RMF, avec l’annonce de plusieurs départs n’aura plus dirigeants dans quelques semaines. Ceci aggrave la situation déjà très délicate du C2RMF. Les questions restent sans réponse. Et ce
sont installés le stress et l’angoisse. En tant qu’organisation syndicale, nous avons un devoir, c’est celui de protéger nos collègues et nous ne ménagerons aucun effort.

Les principales questions sont les suivantes :
1. Quel avenir pour le C2RMF ?
2. Les responsables seront-ils remplacés ?
3. Qui choisira les nouveaux remplaçants ?
4. Quelle sera leur lettre de mission ?
5. Qui le définira ?
6. Sous quels critères, avec quels objectifs ?

Tous nos appels aux responsables du C2RMF, du Louvre, du service des musées ex-DMF, MCC, de la DG patrimoine et du cabinet du ministre n’ont jamais été écoutés sous prétexte que nous ne représentions « qu’une minorité qui aurait peur du changement ». Après les résultats du référendum, il est clair que notre représentativité ne souffre d’aucun doute. Vont-ils enfin nous écouter et respecter un tout petit peu la
démocratie sociale et les personnels dont nous sommes
les portes paroles ?

Le secrétaire général de la CGT-Culture a demandé à rencontrer le nouveau conseiller social du Ministre sur le point C2RMF, dans les plus brefs délais.

Nous vous invitons à faire constater sans attendre, toutes les situations de stress au travail par le médecin de prévention.

Les agents du ministère et de ce service viennent de renouveler et d’accroître leur confiance dans la CGT, ceci nous conforte dans la démarche de rassemblement, sans exclusion, de tous les personnels
pour la défense du C2RMF et au-delà pour le Ministère de la Culture.

La CGT-Culture tiendra prochainement une assemblée générale de tous les personnels.

Fichier(s) joint(s)