Pour les DRAC, un “plan social” qui cache honteusement son nom