Monuments Infos n° 42 décembre 2007 - la CGT Culture

Monuments Infos n° 42 décembre 2007

Pacte Sarkozy 2012 pour la fonction publique… Plutôt un retour à 1912…

Vous le savez, car vous avez été nombreux à en être, les mobilisations dans la fonction publique pour la défense du
pouvoir d’achat, pour l’emploi public et le statut ont été très fortes les 18 octobre et 20 novembre…

Pour bien nous remettre tous les paramètres en tête à l’heure où s’ouvrent des négociations sur les salaires au niveau
de la Fonction Publique (17 décembre), faisons un petit topo de la situation et des fameuses mesures de Sarkozy pour
« remettre la France sur les rails de la croissance » (sic).
RGPP: ou comment donner le coup de grâce au service public sous couvert d’économie des dépenses de l’Etat…

La Révision générale des politiques publiques c’est (entre autre) le fameux 1 fonctionnaire sur 2 partant à la retraite non
remplacé. Quand on sait comment dans la plupart des services on travaille à flux tendu à cause du manque de personnel
et comment depuis quelques années on recrée l’emploi précaire, qui avait un peu diminué suite au mouvement de 1999
contre la précarité au ministère de la culture, les personnels apprécieront la lutte menée contre les effectifs soit disant
pléthoriques de la Fonction Publique…

La vérité, c’est qu’à travers cette mesure, ce qui est recherché avant tout, c’est de
réduire les capacités d’intervention et de contrôle de l’Etat, pour ouvrir davantage de marchés aux entreprises privées
en faisant appel aux délégations de service public, externalisations et autres privatisations pour remplacer les services
qui auront été asphyxiés par le manque de personnel… Mais aussi pour que les activités de ces mêmes entreprises soient
moins contrôlées, en matière de fiscalité, de respect du droit du travail, de respect des sites historiques et naturels…

En
bref, réduire l’Etat pour que les grands patrons copains du gouvernement s’en mettent plein les poches sans être ni trop
contrôlés ni trop ponctionnés par l’impôt.
Dans cette RGPP, l’avenir même du CMN semble remis en cause, puisque, une des voies trouvée par le gouvernement
pour faire des économies, c’est de fusionner les administrations. Or, ce qui se dessine à l’échelle du ministère c’est la
création d’un grand pôle patrimoine qui engloberait les musées, les monuments et la DAPA. Au sein de ce pôle, il est
envisagé de fusionner le CMN et la RMN en allant, vous vous en doutez, plutôt vers le statut d’EPIC (droit privé) de la
RMN que vers le statut d’EPA du CMN. Autant dire que de grands changements attendent les agents du CMN, pas en
mieux… on peut le craindre…

Attaques contre le statut de la Fonction Publique.
On touche ici à quelque chose de fondamental qui garantit l’indépendance et la grande qualité de la Fonction publique
Française… Le statut… En voulant le « moderniser » Sarkozy entend surtout détruire ce qui fait l’indépendance du fonctionnaire face aux pressions économiques et politiques. Ce statut qui détache les missions de la carrière du fonctionnaire
et le libère ainsi de l’arbitraire hiérarchique est, en effet, une épine dans le pied de ceux qui veulent réduire au silence
ces fonctionnaires un peu trop remuant et prompts à refuser d’appliquer des ordres qui sont contraires à l’éthique et à
un sens du service public encore largement partagé par une très grande majorité des agents et des citoyens. Ce que
veut faire le gouvernement pour détruire le statut : remettre en cause le concours qui permet une égalité d’accès à tous
à la fonction publique, mettre en place le contrat de gré à gré, conditionner la rémunération au « mérite ». C’est bien
l’indépendance du fonctionnaire qui est mise en cause et le retour à un système clientéliste, c’est pour cela que nous
parlons d’un « pacte 1912 » plutôt que d’un « pacte 2012 » pour la fonction publique, puisqu’il remet en cause tous les
acquis obtenus depuis la Libération…

Pouvoir d’achat, la carotte et le bâton…
On ne le répétera jamais assez : depuis 2000 (date du dernier accord salarial dans la Fonction Publique), les agents de
l’Etat ont perdu 6,5 % de pouvoir d’achat et cela malgré les dénégations du ministre de la Fonction publique… Les grèves
du 18 octobre et du 20 novembre ont bien montré qu’il s’agissait de la première préoccupation des agents de l’Etat.
On assiste véritablement à une smicardisation et à un tassement de la grille salariale dans la toute la Fonction publique
tous statuts confondus… Or, ce que le gouvernement avance comme moyen pour augmenter le pouvoir d’achat des fonc-
tionnaires ce n’est même pas des augmentations au niveau de l’inflation, mais outre les primes « modulables » au mérite
(à la gueule du client) c’est de solder vos droits à congés, et de faire des heures sup’… Quant on connaît les possibilités
de faire des heures sup’ quand on est en planning posté on peut se poser des questions… Ces mesures véritablement
scandaleuses ne résoudront en rien la situation de plus en plus alarmantes du pouvoir d’achat qui loin de ne toucher que
les fonctionnaires, touche aussi la très grande majorité des salariés du privé…
Il est donc urgent que le gouvernement prenne bien en compte cette brûlante patate qui un jour ou l’autre pourrait bien
lui faire une brûlure au 3ème degré…

La CGT ne manquera pas de lui rappeler ses engagements en matière de pouvoir
d’achat.
Dans tous les cas, la CGT restera mobilisée et vigilante pour que les droits des salariés ne soient pas soldés
par de vulgaires tours de passe-passe. C’est pourquoi nous appelons les agents du CMN à se préparer à de
fortes mobilisations qui n’en doutons pas s’engageront très probablement dans les semaines qui viennent.

Fichier(s) joint(s)