Les pitoyables plaisanteries de la direction - la CGT Culture

Les pitoyables plaisanteries de la direction

Elections professionnelles à la RMN : quand la direction emploie des méthodes scandaleuses…la déclaration de la CGT-Culture !!!


Elections professionnelles
à la Réunion des Musées Nationaux :
Les pitoyables plaisanteries de la direction

La Réunion des Musées Nationaux, EPIC sous tutelle du ministère de la Culture, connaît depuis plusieurs années une crise très profonde. Or, cette crise ne doit rien au hasard ni à la succession malheureuse d’événements conjoncturels défavorables. Si la RMN va mal, c’est très précisément parce qu’elle est directement dans la ligne de mire d’une réforme du système muséal fondée sur la multiplication des établissements publics et la sacro-sainte autonomie des « grands » musées.

La RMN est donc, tout comme la Direction des Musées de France, touchée de plein fouet par une restructuration que la CGT-Culture n’a de cesse de dénoncer et de combattre. Outre qu’elle nuit gravement au service public muséal, la réforme en question traîne dans son sillage un climat social détestable et une détérioration considérable des conditions de travail des salariés. Il faut de surcroît souligner que la politique dite des « ressources humaines » de la direction de la RMN – politique absolument déplorable – favorise et accentue la souffrance au travail désormais omniprésente dans l’établissement.

C’est dans ce contexte déjà extrêmement pénible pour l’ensemble des salariés que la direction de la RMN, après s’être tout récemment attachée les services de l’ex-directrice de l’information du MEDEF France et International, a jugé utile de dénigrer ostensiblement les élections professionnelles (élections des délégués du personnel et des élus au comité d’entreprise) dans son journal interne.

La direction n’a en effet pas trouvé mieux que d’adresser à l’ensemble des salariés un QCM intitulé « Elections professionnelles : compte à rebours et effervescence à la DRH » portant sur le nombre de photocopies à réaliser, sur celui des étiquettes à coller ou, de façon plus pernicieuse encore, sur le volume de jours de travail à temps plein nécessaire aux opérations pré-électorales. Et l’administrateur général et le directeur des ressources humaines – car ils sont les heureux signataires de cette brillante production – de conclure ainsi à propos du nombre de coups d’agrafeuse et de massicot : « les élections professionnelles, ce n’est pas seulement du papier, c’est aussi une bonne occasion de se muscler… »

Pour la CGT-Culture, au-delà de la caricature de bas étages et de la plus navrante des médiocrités, ce texte relève purement et simplement de l’insulte à l’égard de celles et ceux, toutes organisations confondues, qui s’engagent dans l’action syndicale et de leurs mandants.

Notre organisation syndicale profondément indignée par de telles méthodes demande au cabinet du ministre de donner instruction aux auteurs du bulletin incriminé de présenter des excuses publiques.

Que la direction de la RMN, visiblement prête à tous les mauvais coups contre le fait syndical et les représentants des personnels, sache qu’elle trouvera toujours en nous un adversaire intraitable quant à la défense des salariés et de leur dignité, et quant au respect de la démocratie.

Paris, le 22 septembre 2005.

Fichier(s) joint(s)