Labels et belles campagnes

Chers collègues,
Depuis toujours la CGT se bat contre toute forme de discrimination, et notamment sur le lieu de
travail. L’état progresse en la matière, mais à petits pas. Actuellement, le ministère est engagé,
notamment avec notre établissement, au travers d’actions et de processus de labellisation.
Vous recevez par exemple, la campagne illustrée du ministère qui nous est re-transférée en interne
(elle est sur sémaphore).
Mais au delà des belles paroles, il y a aussi la réalité, celle que l’on vit tous les jours.
– Pour les journées du patrimoine, le régime de “récupération-rémunération” n’a pas été le même
pour tous… Nous ne nous étalerons pas sur le détail, mais les régimes ont été différents en fonction
des lieux d’affectation.
– Pour la formation des apprentis (ex élèves), notre administration tente d’organiser une formation à
deux vitesses en fonction du niveau d’étude.
Les non-bacheliers doivent suivre les cours théoriques, et les bacheliers en sont dispensés
conformément à la réglementation. Mais notre administration tente d’offrir des cours
supplémentaires aux bacheliers, alors que les non bacheliers ne pourraient pas y accéder.
Ce retournement nous étonne d’autant que ce point à fait l’objet de très longs débats, en groupe de
travail, en réunion de quinzaine et au comité technique qui a validé ce que prévoit la législation.
D’ailleurs personne n’a fait savoir publiquement son opposition avant ce retournement.
L’administration se défend: “nous n’allons quand même pas les payer à rien faire”. La question ne se
situe pas à ce niveau, mais juste au respect de la réglementation, et aussi à ne pas mettre en place un
système discriminant en fonction de son niveau d’étude.
En complément sur cette question de la formation initiale, tandis que tout était soit disant réglé en
terme d’organisation, l’administration nous informe que finalement notre partenaire l’école Boulle,
ne respectera pas ses engagements. L’organisation des cours théoriques est décalé, il faudra donc se
débrouiller en interne. Les non-bacheliers n’ont toujours pas commencé les cours théoriques alors
que l’année scolaire est déjà largement entamée… Et là encore on nous dit que ce n’est pas grave…
Nous ne sommes pas satisfait de cette situation qui va désorganiser les services et pénaliser les
apprentis.
Donc ce n’est pas le tout de se cacher derrière des labels et des belles campagnes, faut juste analyser
ce que l’on fait.

A bon entendeur salut.
Bonne journée, Le bureau du SEMM CGT.