Culture au poing n°5 mars 2015

ÉDITO

Entre le 9 avril 2015 et le 6 mai 2012, mille jours pour vivre toujours les mêmes atermoiements, reculades, punitions, voire humiliations d’un gouvernement désigné par un président de la République largement élu avec les voix des travailleurs de ce pays.
Mille jours où la crise ce n’est pas pour tout le monde et la misère pour beaucoup. En 2014 les entreprises du CAC 40 ont versée près de 40 milliards d’€ de dividendes.
Mille jours où les profits continuent à s’évader ou se livrer à la spéculation. La part des dividendes dans la valeur ajoutée est passée de 5% en 1981 à 25 % en 2009 et est bien supérieure à celles des investissements. La fraude fiscale est estimée à près de 80 milliards d’€ par an.
Mille jours où le montant de la dette publique ne cesse de croître en raison des milliards de cadeaux fiscaux à la finance des entreprises. Il existe plus de 4500 dispositifs d’aides publiques aux entreprises pour un montant de 200 milliards d’€ par an.
Mille jours durant lesquelles près de 14 % de la population, soit près de 9 millions, vivent avec moins de 993 € par mois, le seuil de pauvreté. Depuis les années 70, la France ne se départit pas d’un nombre de pauvres qui oscillent entre 8 et 10 millions.
Mille jours durant lesquels un agent de catégorie C a perdu plus de 8 200 € de pouvoir d’achat et un agent de catégorie A 18 700 €, contractuel comme titulaire…
Mille jours où le montant des retraites n’a cessé de baisser pour atteindre pour beaucoup de nos collègues moins de neuf cents € mensuels !
Mille jours où les réorganisations-désorganisations n’ont cessé.
C’est injuste et insupportable et ça suffit !

Le 9 avril, la CGT-Culture a fait le choix du rassemblement, comme souvent, auprès de toutes les organisations syndicales représentatives du Ministère pour cette journée de grève.

Le 9 avril, nous exigerons une hausse du pouvoir d’achat qui passe par le dégel du point d’indice, une revalorisation des grilles salariales et du régime indemnitaire et des bonnes retraites, l’organisation de concours y compris réservés, la résorption de la précarité.

Le 9 avril, nous exigerons un ministère de la Culture au service de tous et présent sur l’ensemble du territoire.

Le 9 avril, il faudra se montrer rassemblés et en force pour imposer des politiques plus justes et qui s’attaquent réellement aux inégalités de tout ordre.

Alors le 9 avril montons dans les bus des unions départementales à destinations de Paris et faisons entendre notre détermination à construire un monde plus juste.

Salut et fraternité Valérie Renault

SOMMAIRE

Page 2

D’une sortie de crise vers un
mouvement interprofessionnel

Brève :Pour un 51ème congrès de la CGT plus
démocratique

Page 3

Pas touche à ma DRAC !

Page 4

Pour ne plus perdre sa vie à la gagner !

Brève :La retraite n’est pas un long fleuve tranquille
pour les polypensionnés

Page 5

Fonction publique : ouverture
des négociations «Parcours
Professionnels Carrières et
Rémunérations» dites PPCR

Page 6

Le 9 avril : Pour un gros cortège « Culture » à la manifestation nationale à Paris

Brève : Logements de fonction : ça déménage !

Brève : Numéro spécial “agents non-titulaires”

Page 7

Libertés fondamentales :
ne touchez pas au droit de grève

Brève : No privatisation at National Gallery !

Page 8

Vie syndicale à tous les étages !

Page 9

L’outil syndical ou la CGT,
c’est beau vu d’avion !

Page 10

Interpro : lutte chez les frère Tang et mini-guise sur la sous-traitance

Page 11

Brève : Déclassement des agents de l’Ecole Nationale
Supérieure des Arts Décoratifs (ENSAD) : la
CGT dit non !

Brève : Les primes : le fric et la trique !

Page 12

Pertes de pouvoir d’achet sur le salaire
indiciaire depuis le 1er janvier 2000

Fichier(s) joint(s)