sommaire

L’Institut sans tête s’entête…, édito page 1


Entre précipice et rixe des chefs : archéologie out !, page 2

Que fait l’Inrap pour réduire la pénibilité de notre travail ?, page 3

Hébergement : la direction ne respecte pas les personnels, page 4

L’institut sans tête s’entête …

Dans son numéro 282 du 23 mai 2008, le journal des arts consacre un article titré « l’institut sans tête », à la vacance de présidence à l’INRAP. Selon cette publication, si nous n’avons pas de président c’est à cause d’une lutte entre nos ministères de tutelles (culture et recherche) qui souhaitent chacun placer leur poulain. En réalité, il nous importe peu de savoir si l’affligeant spectacle d’un institut sans président est le fruit d’une gué-guerre entre deux ministère ou le résultat d’une entente dans la simple volonté de nous nuire : comme le dit un proverbe indien « quand deux éléphants se battent, l’herbe qui se trouve sous eux est écrasée, quand il font l’amour elle l’est aussi ».


Pour autant, il est un sujet pour lequel, par simple curiosité, on aimerait savoir qu’est ce qui de l’incompétence ou de la malveillance à prévalu :

Le samedi 14 juin 2008 a lieu à Aix en Provence la « réunion annuelle des archéologues de Provence-Alpes-Côte d’Azur. » Cette journée rassemble « les acteurs de l’archéologie préventive régionale ». Dans le programme définitif figurent une douzaine d’intervenants, associations, sociétés privées, services de collectivité… mais pas l’INRAP.

Si l’on ne s’étonnait plus de voir l’INRAP régulièrement se tirer une balle dans le pieds, on assiste maintenant au passage à la technique du fusil à pompe sur la tempe. S’il ne se présente plus comme «acteur de l’archéologie préventive régionale», on est bien forcé sur cette question de se demander si l’institut n’est pas également décapité au niveau de ses directions générales et Inter-régionales.


… et la tête de l’état tente de tout tuer.

En terme de calendrier, la deuxième phase de mesure RGPP qui concernera l’archéologie, les DRAC, les monuments historiques… sera déclenchée en juin. Une concertation avec les organisations syndicale est prévue en octobre, c’est-à-dire après que ne soient rendus les arbitrages budgétaires pour la période 2009-2011. Pour le coup, cette aberration là est bien le fruit d’une stratégie réfléchie concertée de passer en force pour casser en force.

À partir du 10 juin, par les grèves, les manifestations les actions, décapitons la RGPP !!!


sur www.cgt-culture.fr le préavis de grève culture, le préavis de grève archéo, l’appel intersyndical fonction publique…