Cher.e.s agents de la Centrale !

Des échos de l’Administration Centrale avec au sommaire de la Voix Off de Juin 2017 :

Page 1 : Et maintenant qu’est-ce qu’on fait ?

Page 2 : Petits moments ordinaires d’inégalité

Page 3 : Que faire en cas de souffrance au travail ?

Administration centrale… d’économies

Page 4 : Parlons langue et culture !

EDITO :

Les élections présidentielles et législatives sont passées. Le nouveau président a une majorité absolue au parlement, il va pouvoir mener la politique qu’il a esquissée durant la campagne électorale.
On ne sait pas encore quelle place véritable sera attribuée au dialogue social dans le pays, non plus que dans notre Ministère de la Culture. Quelle place pour les représentants du personnels, les syndicats, la société civile ? Quelles nouvelles coupes de personnel et budgétaires seront effectuées au sein de la fonction publique pourtant durement touchée après la RGPP et la MAP.

Vous en faites toutes et tous l’expérience quotidienne avec la surcharge de travail, les problèmes de management et plus généralement la souffrance au travail.

Il est question ici, encore, de vous faire comprendre l’importance – la nécessité ! – que vous soyez défendus par vos représentants syndicaux, la CGT-Culture notamment. Chaque jour avec mes camarades, nous tentons de porter une vraie expertise dans tous les domaines : politiques culturelles, politique immobilière, défense de vos intérêts, défense individuelle des agents en souffrance ou accompagnement face aux imbroglio de l’administration, défense de vos missions, défense de vos carrières, propositions tous azimuts pour que ce ministère si essentiel ne soit pas corrompu par les forces libérales du tout économique.

Nous revendiquons une approche qualitative quant d’autres ne pensent que quantitatif. Par ces temps troublés par le terrorisme, l’exclusion sociale et culturelle, les injonctions de la mondialisation, et les injustices qui blessent les corps et les âmes, la culture n’est pas un supplément d’âme (dixit notre nouvelle ministre).
Nous ne ferons pas de procès d’intention à notre ministre mais nous continuerons de vouloir participer et vous faire participer aux décisions prises qui vous concernent ou qui dessinent les politiques culturelles. Nous continuerons d’être une force de proposition et nous espérons que dans un dialogue constructif, nous contiendrons les injustices, nous consoliderons les missions et les fondamentaux de notre ministère pour ouvrir la culture au plus proche de toutes et tous, toute classe sociale confondue.

La CGT-Culture ainsi que le ministère ne peuvent rien sans vous, sans nos échanges avec vous et votre soutien actif. En ancrant nos revendications sur des expertises et la réalité du terrain, nous porterons votre voix. Ensemble, écrivons l’avenir dans ces nouvelles pages qui s’ouvrent à nous.

Franck Lenoble
Secrétaire de la Section des administrations centrales

Fichier(s) joint(s)