Quand Manuel Valls « fait de la dinette », il casse tout ! - la CGT Culture

Quand Manuel Valls « fait de la dinette », il casse tout !

Quand Manuel Valls « fait de la dinette », il casse tout !

Après les audits flash de la RGPP,
le Premier ministre invente les réformes flash !

Présence de l’Etat, dialogue social, accompagner les personnels … Des mots, toujours des mots… La réalité est bien plus autoritaire et bafoue toutes les règles de la démocratie et du dialogue social dans le vaste et funeste projet de réforme de l’Etat que le Premier ministre entend mener au pas de charge. La CGT s’est procurée deux courriers de Matignon et un du ministère de la culture qui en dit long sur les intentions de Manuel Valls (cf.courriers du Premier ministre en pièces jointes) à l’égard du ministère de la Culture, de ses politiques et de ses personnels et leur devenir.

Le 18 septembre, rue de Varenne

Alors que les différents projets de loi relatifs aux Collectivités territoriales se succèdent au Parlement sans être pour autant définitivement votés, le 18 septembre le Premier ministre adresse aux membres du gouvernement une lettre ayant pour objet « l’évolution de l’organisation de l’Etat territorial » ; il assigne des injonctions à ses ministres :

► Dessiner les contours de l’organisation-cible au niveau régional,

► Elaborer une méthode de mise en place du processus des nouvelles directions régionales avec des hypothèses de calendrier et méthodes.

► Les bilans d’étapes sont prévus, l’un à la mi-novembre et le second à la mi-janvier, le rapport final étant prévu pour le 15 mars 2015.

L’objectif est de conduire la revue des missions des administrations centrales et déconcentrées et celles des établissements publics « pour identifier celles qui relèvent des missions fondamentales de l’Etat et celles qui doivent être abandonnées ou exercées différemment. ». Ainsi le Premier ministre escompte « faire évoluer les missions exercées au sein des services déconcentrés. » En réalité, toutes les missions du ministère et de ses établissements publics sont concernées par cette purge.


Pendant ce temps, rue de Valois …

Toujours le 18 septembre, le directeur général des Patrimoines adressait à ses services un courrier ayant pour objet « revue des missions ». On apprend ainsi qu’au ministère de la Culture :

► Le secrétaire général, chef de projet « dinette », anime un comité de pilotage ministériel « revue des missions »,

► Un autre chef de projet « dinette », missionné par le Premier ministre, est en charge de la modernisation du droit du patrimoine et est chargé de l’exercice de coordination pour les secteurs des monuments historiques, espaces protégés, archéologie, architecture, patrimoine mondial et patrimoine immatériel, qui « représentent une part substantiel de l’activité des DRAC ». Ce nouveau chef de projet pour le patrimoine est chargé de réaliser les ajustements nécessaires pour faire « entrer » le projet de loi patrimoines dans les projets de loi sur les Collectivités au moment de son examen au Parlement. Les comités techniques n’en ont pas été informé. L’ensemble de ces travaux doit être transmis pour le 10 octobre au secrétariat général du gouvernement !!

Le risque de transfert, de délégation et d’abandon de missions et compétences est donc bien réel

Alors que le Premier ministre déclarait cet été vouloir remettre la Culture au rang des priorités, Manuel Valls inflige au ministère une réforme structurelle d’ampleur, et dans des délais supersoniques, un véritable dézingage organisé dans la plus grande brutalité comme ses prédécesseurs savaient si bien le faire. Pour preuve, les remontées des personnels dans les différentes réunions syndicales organisées par la CGT dans les DRAC : aucune information, consultation, dialogue n’a été entrepris par le Ministère sur cette question avec les personnels. Pour autant, la délégation de compétences en région Bretagne serait annoncée par Fleur Pellerin ces jours si l’on en croit le président du Conseil régional de Bretagne. Le dépeçage débute !

Cette réforme n’a d’autres objectifs que de réduire la place et le rôle du Ministère, de ses missions et de ses personnels à la portion congrue.

Elle ignore les forts besoins de culture de nos concitoyens qui ne sont pas tous logés à la même enseigne.

Elle ignore la spécificité de l’intervention publique du ministère dans les territoires.

Elle ignore aussi les équilibres fragiles construits depuis de nombreuses années avec les différentes institutions publiques ou associatives.

Elle ignore les métiers du ministère indispensable à la bonne réalisation de ses missions.

Non, monsieur le Premier ministre, le ministère de la Culture n’est pas soluble dans un tableau excel !

Votre double langage qui consiste, un jour, à remettre la culture au rang des priorités et, un autre jour, à flinguer le ministère, ses missions et ses métiers est insupportable pour les personnels et tous ceux qui œuvrent pour la culture.

Non, monsieur le Premier ministre, les personnels ne sont pas des pixels qu’on réduit au gré des réformes !

Non monsieur le Premier ministre, nous ne vous laisserons pas détruire le Ministère de la Culture !

Paris, le 5 octobre 2014

Fichier(s) joint(s)