Il y a quelque chose de pourri au CMN... - la CGT Culture

Il y a quelque chose de pourri au CMN…

Alors que la mobilisation lors de la journée de grève du vendredi 27 mai a été exceptionnelle pour ne pas dire historique, la direction de l’établissement fait tout pour décrédibiliser l’action des personnels. Ainsi a t-on appris par le quotidien Ouest-France (plus de 2 million d’exemplaires) que sur les 1400 agents du CMN 120 étaient en grève « selon la direction ». Ces chiffres sont d’autant plus étonnants que l’établissement compte en réalité 1250 agents permanents en grande majorité sur des emplois postés et qui ne sont de fait pas tous présent au même moment.

Dans la suite de l’article, il est indiqué qu’au Mont-Saint-Michel, seulement 12 agents sur 54 étaient en grève. Ces chiffres sont évidemment totalement fantaisistes. Encore une fois c’est la totalité de l’effectif du monument qui a été prise en compte et non les agents présents et prévus au planning ce jour là. En réalité 16 agents étaient en grève sur 29 présents, soit un taux de grévistes de près de 60 % ! La direction, ne supportant pas l’idée d’ouvrir l’Abbaye gratuitement vu que l’ensemble des caissiers étaient en grève a très tôt dans la matinée donné l’ordre de fermer.

Un droit de réponse a été envoyé ce jour au journal Ouest-France par l’intersyndicale CGT-CFDT, signataires du préavis de grève pour la journée du 27 mai.

Entre intox et désinformation, voici donc la nouvelle méthode de communication façon Isabelle Lemesle. Rappelons tout de même que tous les monuments parisiens ainsi que de nombreux monuments en région étaient fermés pour cause de grève. Parmi ceux-ci, les monuments dont la fréquentation est la plus importante comptaient une majorité de grévistes et étaient donc fermés. Les pertes de recettes ont sans doute été conséquentes pour cette journée. Le message envoyé par les agents étaient donc on ne peut plus clair !

Alors que les personnels se mobilisent depuis la mi-avril, le Ministère de la Culture refuse toujours de nous recevoir et la Présidente fait la sourde oreille ! Sous-effectif, précarité, conditions de travail, souffrance au travail… à part ça tout va bien au CMN !

Tout va tellement bien qu’en l’espace d’une semaine ce sont deux nouveaux directeurs qui ont présenté leur démission (la Directrice des Ressources Humaines ainsi que le Directeur du Développement Culturel pourtant fraîchement nommé !). Aujourd’hui la situation dans notre établissement est dramatique et des agents sont en danger. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir alerté depuis plus de deux ans et par tous les moyens la tutelle ainsi que la médecine de prévention. Il aura donc fallu attendre que des personnels soient atteints dans leur intégrité physique et morale pour que le Ministère réagisse enfin.

A l’issue du CHS Ministériel du 26 mai dernier, l’administration s’est engagée à saisir le Cabinet du Ministre afin que soit diligentée une inspection de l’IGAAC (Inspection Générale des Administrations des Affaires Culturelles) sur la souffrance au travail dans notre établissement.

Nous enjoignons le Ministère à mettre en œuvre cette inspection au plus vite et à prendre toutes les mesures qui s’imposent avant que l’irréparable ne se produise.

Paris, le 31 mai 2011

Fichier(s) joint(s)