Culture au poing n°2 juin 2014

ÉDITO

Selon une récente étude de « Médecins du monde », deux tiers des personnes en situation précaire
dépensent moins de 3,5 euros par jour pour se nourrir. 50% de ces adultes précaires et 20% de
ces enfants n’ont pas mangé pendant au moins un jour au cours du dernier mois et ils présentent
des pathologies aigues en lien possible avec l’alimentation. C’est en France et en 2014. En mai,
le nombre de chômeurs a encore augmenté de 24 000 personnes en plus ce qui représente une
hausse de 4,1 % en un an. Les politiques mortifères d’austérité budgétaire broient tout sur leur
passage, les plus fragiles, les plus pauvres, les plus vieux, les plus précaires. Elles n’épargnent
pas non plus les salariés et les agents publics ; l’austérité salariale avait commencé bien avant
l’austérité budgétaire. 15 % de perte de pouvoir d’achat mensuel dans la fonction publique depuis
2000. La répartition des richesses est à sens unique depuis une trentaine d’années. Oui, de
l’argent, il y en a, dans les poches du patronat et des actionnaires !
François Hollande, président de tous les Français, a pourtant décidé d’obéir au doigt et à l’oeil aux
offi cines libérales, au Medef et à une commission européenne ultra-libérale.
Dernièrement, les cheminots, les professionnels du spectacle, les agents du Centre des monuments
nationaux, les archéologues, les salariés de la Réunion des musées nationaux et beaucoup de
personnels le 15 mai ont montré un chemin qui ouvre des perspectives en matière de droits
sociaux nouveaux, de meilleures rémunérations et de carrières ou de projets de services publics
qui prennent en compte les besoins réels des usagers. A chaque fois, la CGT est à leur côté. Ce
chemin, nous allons continuer à le prendre pour imposer les revendications des personnels en
matière de rémunérations et de carrières enfi n reconnaissantes du travail des agents et aussi
pour redonner du sens aux politiques culturelles victimes de dérives gestionnaires. Les dernières
reculades de la ministre sur la levée des dérogations, et plus largement celles du gouvernement,
sont inacceptables et nous n’entendons pas les accepter ; il en va là aussi du devenir de notre
Ministère et de nos collègues.

A toutes et tous, salut et fraternité

Valérie Renault

Secrétaire Générale

SOMMAIRE

Page 1 Le Centre National du Cinéma, un “opérateur” culturel très convoité

Page 2 Élections professionnelles pourquoi voter, pourquoi se présenter sur les listes

Page 2 et 3 2020 :Odyssée de l’espace… territoriale

Page 3 Musée d’Orsay-Orangerie : Menace sur les emplois

Page 3 à 5 Focus sur la filière ASM

Page 5 Risques psycho-sociaux : les lois s’étoffent, les RPS nous étouffent

Page 6 et 7 La culture réduit la voilure de ses EPA dérogatoires

Page 8 Les ASA, comment ça marche ?

Page 8 et 9 Action sociale : prêts et secours

Page 9 Marchandiser et privatiser le patrimoine : toujours plus, mais à quel prix ?

Page 9 et 10 Mondial de foot au Brésil : la fronde sociale en finale

Page 10 Je marche pour la Culture

Page 10 Belle victoire des agents contre la précarité au CMN au bout de 7 jours de grève

Page 10 et 11 Retraité(e)s : pour une manif c’était une belle manif !

Page 11 Contrat de performance : la BNF sous le sceau de l’austérité

Page 11 Souffrance au travail ou les secrétariats mécaniques

Page 11 Mobilier national, manufacture nationale de tapisserie, tapis et dentelles, un lieu éternel de création

Page 12 Extrême droite, lettre ouverte CGT-FSU-SUD à Aurélie Filipetti

Fichier(s) joint(s)