ACTION SYNDICALE NOVEMBRE 2010

Reconquêtes, Edito

Préavis de grève pour le 30 novembre, page 2

Le courrier des lecteurs de l’AS : “plan reconquête” vs “vraie vie”, page 2

Mettre une mine à la précarité, page 3

Action du 12 octobre, page 3

Action du 13 octobre, page 3

Réponse du directeur général des patrimoines, page 3

Action “no money for Monet”, page 3

Congés annuels pour tous (le droit et la pratique), page 4


RECONQUETES

Il est temps de siffler la fin de la récréation, vous allez rentrer chez vous bien sagement et reprendre le travail. Finies les grèves, les occupations, les manifestations, les revendications, la loi sur la retraite a été promulguée marquant ainsi la fin de tous vos espoirs sur les retraites mais également sur tout autre sujet sur lequel vous espérez éviter des reculs sociaux. Comme le disait déjà Raffarin en 2003, ce n’est pas la rue qui gouverne !


NOUS NE BATTRONS PAS EN RETRAITE

Ça, on l’aura remarqué, le gouvernement de la France n’est effectivement pas laissé à la rue, mais aux hôtels particuliers, aux appartements de standing et aux yachts luxueux. Pour le reste, la campagne médiatique sur le thème « Tout est fini, rentrez chez vous » a été menée tambour battant, chaque entreprise où le travail reprend après deux semaines de grève a pratiquement l’assurance de passer à la télé. Par contre, les initiatives qui sont prises chaque jour dans les entreprises, dans les professions, dans les territoires sont largement passées sous silence. Pour la CGT, la promulgation de la loi ne change rien à notre détermination à poursuivre la bataille, d’autant que les premières dispositions d’importance de la réforme ne s’appliqueront qu’à partir de juillet 2011. D’ici là, il peut se passer encore beaucoup de choses…

PENDANT CE TEMPS, A L’INRAP…

Si vous en avez marre de l’archéologie et que vous avez envie de vous changer les idées en parlant d’autre chose, l’Inrap vous a concocté un document disponible sur l’intranet qui s’intitule « Plan reconquête aménageur : pour passer d’une relation obligée avec les aménageurs à une culture de prestation de service ». On n’y parle pas d’archéologie mais de « relation client » à toutes les sauces, le tout dans un langage emprunté à la plus pure poésie technocratique, celle où l’on conceptualise des développements en développant des concepts. Le Plan Reconquête Aménageur illustre une phase de la privatisation, celle où les premiers dirigeants d’un service public aiment à se gargariser de leur « politique commerciale » et où il leur prend l’envie de dire aux archéologues qu’ils ne sont pas là pour faire de l’archéologie mais pour vendre de l’archéologie.


D’AUTRES PLANS SONT POSSIBLES

Si la bataille sur les retraites n’est pas terminée, celle sur l’archéologie préventive ne l’est pas non plus et nos prochaines mobilisations devront imposer d’autres plans tels que :

 un plan reconquête service public

 un plan reconquête emploi permanent CDI

 un plan reconquête conditions de travail

 …

Fichier(s) joint(s)