Action syndicale mai 2009

sommaire

Tous et toutes dans l’action le 26 mai, édito

Le Medef en rêvait, Albanel l’a fait, page 2

Courrier à François Fillon des secrétaires généraux des organisations CGT, FO, FSU, Solidaires et CGC relatif au projet de décret du contrat d’opération, page 3

Contrat d’opération : premiers débats sur projet de décret, page 4


Tous et toutes dans l’action le 26 mai

Le gouvernement et le patronat peuvent bien crier sur tous les toits que la mobilisation du premier mai fût moins importante que celles du 29 janvier et du 19 mars, il n’en demeure pas moins que d’une part ce premier mai 2009 fût un des plus forts que l’histoire ait connu et que d’autre part, les mobilisations interprofessionnelles unitaires sont approuvées par les trois quarts de la population.

Personne n’ignore non plus la multiplication des luttes sectorielles (métallurgie, santé, enseignement supérieur, edf-gdf, pénitentiaire…) et qu’elles ont – elles aussi – le soutien de la population.

La journée d’action du 26 mai proposée par l’intersyndicale doit nous servir à faire le lien entre les revendications transversales et les revendications spécifiques dans chaque secteur.

Pour s’inscrire dans cette journée il ne sera pas très difficile pour nous de rédiger un contenu revendicatif

L’emploi : obtenir des créations d’emploi sous CDI à hauteur des besoins, faire en sorte que dans chaque plan de recrutement les postes soient ouverts au maximum en interne afin de « cdiser » un maximum de  « cdd Inrap », exiger également que tous les postes laissés vacants soient réouverts dans leur filière d’origine afin d’enrayer l’hémorragie dans la filière scientifique et technique, surseoir immédiatement le processus de mise en place des contrats d’opération.

La carrière  : le repyramidage, dont on attend la publication du décret, doit faire l’objet d’une décision interne à l’Inrap afin d’organiser sa mise en œuvre. Cette décision, dont nous avons demandé qu’elle offre toutes les garanties d’information, d’équité et de transparence pour les agents doit passer en CTP le 20 mai.

Abréger les souffrances de la délocalisation  : si la ministre n’a pas jugé que le rapport d’inspection sur la délocalisation était transmissible, les agents du siège ont quand même eu droit à une présentation orale dudit rapport par les inspecteurs eux-mêmes. Les agents se sont parfaitement retrouvés dans ce rapport qui est plus qu’accablant pour la délocalisation et ses conséquences sociales, financières et organisationnelles. Sur ce sujet là comme sur les autres, il est important que la ministre reçoive les représentants du personnel.

Fichier(s) joint(s)