ACTION SYNDICALE AVRIL 2009 - la CGT Culture

ACTION SYNDICALE AVRIL 2009

Action syndicale avril 2009

sommaire

De retour de geôles, Edito

La CGT avec les personnels, page 2

De Pantin à Longèves : quel service public ?

Déplacements : missions ? omissions ? soumissions ? page 4

CDD : vite consommés, vite oubliés … page 4

Le téléphone pleure, page 4


De retour des geôles 

Il en va parfois des choses, des projets ou des rapports comme de ces individus injustement incarcérés, maltraités, humiliés, pris en otages ou simplement enfermés de force dans un quelconque Guantanamo politique. Lorsqu’ils en reviennent, il sont souvent affaiblis, meurtris voire mutilés. Les pages intérieures de ce numéro vous racontent l’histoire de la libération de trois otages qui ont fait l’actualité de ces dernière semaines :

  Le rapport sur la déloc

Injustement prisonnier de la ministre, qui ne savait quel sort lui réserver, il sera remis en liberté conditionnelle. Les personnes qui s’inquiètent pour lui pourront avoir verbalement de ses nouvelles ce mardi 7 avril. En résumé on ne sait toujours pas ce qu’il adviendra de lui alors que dans le même temps, le projet de délocalisation, dont la culpabilité a été établi, lui, court toujours.

  Le repyramidage

Lui, il a vraiment morflé : des mois de séquestration à Bercy ne l’ont pas laissé indemne. On a changé son identité il s’appelle désormais « requalification », tout ce qu’il portait comme garantie de volume de passage en catégorie supérieure a disparu, il est probable qu’il ne se reconnaisse même pas dans un miroir. L’administration de l’Inrap, sensée lui apporter les premiers soins pour le rendre présentable au CTP central de l’Inrap du 1er avril (ça ne s’invente pas), n’a fait qu’aggraver son cas.

  La réunion sur la mise en place des contrats d’opérations

Cette prisonnière là était carrément dans le couloir de la mort, puisqu’un projet permettant de faire du contrat d’opération partout, tout le temps, avec tout le monde devait passer au ctp central de l’Inrap le 1er avril (ça re-ne s’invente pas).


la situation actuelle nécessite de notre part une mobilisation extrêmement forte que ce soit dans notre secteur, dans notre ministère et par toutes les actions que nous pourrons mener, ou au niveau interprofessionnel par la réussite d’un premier mai énorme et par les suites que nous lui donnerons.

Fichier(s) joint(s)